Accueil » Comment réussir l’hivernage de sa ruche

Comment réussir l’hivernage de sa ruche

par Celine
349 vues
hivernage

Il est important de bien protéger les ruches avant l’hiver afin de favoriser la survie des colonies d’abeilles. Voici comment préparer l’hivernage de vos ruches.

Qu’est-ce que l’hivernage de ruche ?

L’hivernage se traduit comme une période d’activité ralentie de la ruche. Cela se déroule durant la saison hivernale. Lorsque la température baisse durant cette période, les abeilles ralentissent leur activité afin d’économiser leur force et leurs réserves de miel. Pour s’y adapter et se tenir chaud, ils se regroupent en grappe à l’intérieur du corps de ruche. 

La grappe devient de plus en plus compacte au fur et à mesure que la température baisse. Au cœur de cette grappe d’hivernage, la température peut monter jusqu’à 35°C. C’est notamment le cas en présence de couvain.    

L’hivernage de la ruche est une étape cruciale en apiculture. Il garantit la survie et le bon développement des colonies d’abeilles au printemps. Elle doit être effectuée vers la fin du mois de septembre ou au début du mois d’octobre, quand les températures se rafraîchissent. Si le mois d’octobre est dépassé et que vous n’arriviez pas à réaliser l’hivernage, vous ne devriez plus ouvrir la ruche afin de ne pas refroidir l’essaim.  

Hivernage de ruche – quels sont les étapes à suivre ? 

Voici les étapes à suivre pour préparer vos colonies avant les premiers froids.

Vérifier les réserves

Pour réussir l’hivernage de votre ruche, faites une vérification de son poids afin de s’assurer que la colonie possède des réserves suffisantes de pollen et de miel. Si vous avez une ruche Dadant 10 cadres, par exemple, son poids doit faire au minimum 35 kg. En dessous de ça, vous devez anticiper le nourrissement des colonies pendant l’automne. Lorsqu’il fait froid, la nourriture liquide peut nuire à la production. Cette pratique stimule la ponte et l’élevage de couvains. Elle pourra également gaspiller les provisions.    

C’est aussi le bon moment pour adapter la taille de la ruche à celle de la colonie. Il faut souligner que pendant l’hiver, les abeilles doivent toujours rester au chaud dans un espace resserré. C’est pour cette raison que vous devez repérer les ruches faibles, sortir les cadres vides et déposer des partitions isolantes de chaque côté des cadres de miel. Sachez qu’une colonie importante consomme moins de miel que deux colonies faibles.  

Faire des traitements anti-varroa et isoler correctement la ruche

Les traitements anti-varroa doivent également être réalisés avant l’hiver. Notons que l’infestation par le varroa pollue le miel et réduit sa récupération. Un traitement efficace et de bonne qualité garantit la survie des colonies après la saison hivernale et contribue aussi à la qualité du nourrissage. Pour être efficace, le traitement doit être effectué sur toutes les ruches.

Il est aussi important d’assurer une bonne isolation de la ruche afin de protéger les colonies. Voici quelques actions à mener :

  • Installer une grille à l’entrée de la ruche afin de la protéger contre les prédateurs, les rongeurs et les frelons asiatiques qui sont nombreux en automne.
  • Assurer une bonne ventilation au sein de la ruche afin de protéger les abeilles contre l’humidité. Cette action permet aussi d’éviter le phénomène de condensation.
  • Isoler la ruche au sol tout en essayant de la surélever et de l’incliner afin de faciliter l’évacuation des excès d’eau et des déchets.
  • Installer un isolant thermique sous le toit de la ruche afin de limiter la déperdition de chaleur.
  • Fixer correctement le toit de la ruche afin de la protéger contre le vent. Si nécessaire, il est conseillé de le lester avec une pierre.       

Hivernage réussie de la ruche – les autres techniques pour l’emballer correctement 

Hormis les éléments mentionnés plus haut, il y a d’autres techniques que les apiculteurs doivent maîtriser pour garantir la réussite de l’hivernage de leur ruche. Comme nous venons de dire dans le paragraphe précédent, gardez en tête que l’humidité est l’un des ennemis des abeilles. Ces derniers supportent mieux le froid que l’humidité. Pour une meilleure ventilation, laissez une ouverture d’environ 7.5 cm à l’entrée de la ruche, mais également à l’entrée couvercle. Grâce à ces petites ouvertures, les abeilles pourront faire des vols de propreté lorsque la température commencera à augmenter. 

Il est aussi conseillé de choisir le bon moment pour débuter l’emballage des colonies. Celui-ci doit être réalisé quand la température se situe autour de 4 ou 5°C le jour. Pour terminer, sachez que l’emplacement de la ruche présente également un impact sur la santé et le bien-être des abeilles durant l’hiver. Pour trouver le meilleur emplacement, vous devez prendre en compte :

  • Les vents dominants, 
  • L’exposition au soleil, 
  • Le risque d’inondation ou d’accumulation d’eau à la fonte des neiges.

Outre ces trois points, il est vivement conseillé d’installer la ruche loin des pistes de motoneiges et des véhicules tout-terrain. Vous devez également vérifier l’accès à la zone de votre choix. En raquettes ou à pieds, l’endroit doit être facilement accessible afin de faciliter les visites printanières et hivernales. Lors de la vérification, n’oubliez pas d’amener l’équipement d’apiculture nécessaire.  

Conclusion : L’hiver est une saison difficile pour les colonies d’abeilles. Les astuces que nous venons de développer sont utiles pour bien préparer l’hivernage de la ruche et pour avoir une belle colonie au printemps. Si vous avez effectué un bon hivernement, n’oubliez pas de vérifier que les réserves de nourriture des abeilles sont suffisantes jusqu’à l’arrivée du pollen.      

Facebook Comments

Vous pouvez également aimer

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité & cookies